Imperial Cleaning

22 octobre 1962

Dans ses mémoires, Khrouchtchev nota que presque tous ses collaborateurs furent arrêtés [ 41 ].

Ultimatum de Kennedy а Khrouchtchev

Are you an event organizer?

Khrouchtchev participa à la purge de nombreux amis et collègues de l' oblast de Moscou [ 39 ]. Sur les 38 officiels de premier plan du Parti à Moscou, 35 furent exécutés [ 39 ] et les trois survivants furent envoyés dans d'autres régions de l'URSS [ 40 ].

Sur les secrétaires du Parti des villes et des districts de Moscou et de la province, seuls 10 survécurent aux purges [ 39 ]. Dans ses mémoires, Khrouchtchev nota que presque tous ses collaborateurs furent arrêtés [ 41 ].

Selon le protocole du Parti, Khrouchtchev devait approuver ces arrestations et il ne fit pas grand-chose pour sauver ses amis et collègues [ 42 ]. Khrouchtchev n'avait aucune raison de considérer qu'il était à l'abri des purges. Le dictateur accueillit la confession avec calme et après avoir conseillé Khrouchtchev de la garder secrète, il lui suggéra de raconter l'affaire lors d'une conférence du Parti à Moscou.

Khrouchtchev fut ovationné et immédiatement réélu à son poste [ 43 ]. Khrouchtchev raconta dans ses mémoires qu'il avait également été dénoncé par un collègue arrêté. Staline informa Khrouchtchev de l'accusation en personne et attendit sa réponse. Khrouchtchev supposa dans ses mémoires que si Staline n'avait pas été convaincu de sa réponse, il aurait été qualifié d' ennemi du peuple et traité en conséquence [ 44 ].

Néanmoins, Khrouchtchev devint un membre non votant du Politburo en janvier et un membre à part entière en mars [ 45 ]. À la fin de l'année , Staline nomma Khrouchtchev à la tête du parti communiste en Ukraine et il quitta Moscou pour Kiev, redevenue la capitale ukrainienne, en janvier [ 46 ]. L'Ukraine avait été le lieu de larges purges et parmi les victimes figuraient des professeurs de Stalino pour lesquels Khrouchtchev avait un grand respect.

Les rangs de la hiérarchie du Parti n'avaient pas été épargnés et le Comité central d'Ukraine avait été tellement décimé qu'il n'atteignait même plus le quorum. Après l'arrivée de Khrouchtchev, le rythme des arrestations s'accéléra [ 47 ]. Tous les membres du Politburo et du secrétariat ukrainien furent arrêtés à l'exception d'un seul.

Presque tous les fonctionnaires et les commandants de l'Armée rouge furent remplacés [ 48 ]. Durant les premiers mois qui suivirent la nomination de Khrouchtchev, tous ceux qui avaient été arrêtés furent condamnés à mort [ 49 ]. Le biographe de Khrouchtchev, William Taubman, suggère que dans la mesure où celui-ci avait à nouveau été accusé à tort alors qu'il se trouvait à Kiev, il devait effectivement savoir que certaines dénonciations étaient fausses et que des innocents étaient condamnés à tort [ 48 ].

Mais nous ne devons pas accepter qu'un seul honnête bolchevique soit blessé. Dans le cadre du pacte germano-soviétique , les forces soviétiques envahirent l'est de la Pologne le 17 septembre et Khrouchtchev les accompagna. Un grand nombre d' Ukrainiens vivaient dans la région envahie dont une grande partie forme la partie occidentale de l'Ukraine actuelle. L'invasion fut donc bien accueillie même si les habitants espéraient qu'ils pourraient obtenir l'indépendance.

Le rôle de Khrouchtchev fut de s'assurer que les territoires occupés votent pour un rattachement à l'URSS. Grâce à une combinaison de propagande, d'imprécisions sur le sujet du vote et de fraudes avérées, les Soviétiques s'assurèrent que les nouveaux territoires élisent des assemblées demandant unanimement une union avec l'URSS. Lorsque les assemblées présentèrent leurs demandes de rattachement, leurs pétitions furent acceptées par le Soviet suprême et l'ouest de l'Ukraine devint partie intégrante de la République socialiste soviétique d'Ukraine le 1 er novembre [ 50 ].

Certaines décisions soviétiques comme le recrutement d'Ukrainiens de l'Est dans des organisations composées d'Ukrainiens de l'Ouest et la collectivisation dans des terres au sein des kolkhozes aliéna rapidement le soutien des Ukrainiens de Pologne malgré les efforts de Khrouchtchev [ 51 ]. Staline le nomma commissaire politique et il servit sur plusieurs fronts en tant qu'intermédiaire entre les commandants militaires locaux et les dirigeants politiques à Moscou.

Staline utilisa Khrouchtchev pour garder les commandants sous surveillance tandis que les commandants cherchaient à influencer Staline par son intermédiaire [ 53 ]. Avec l'avancée allemande, Khrouchtchev travailla avec les militaires pour défendre et sauver la ville. Entravée par les ordres de Staline interdisant l'abandon de la ville, l' Armée rouge fut rapidement encerclée. Les sources primaires divergent sur la responsabilité de Khrouchtchev concernant ce dénouement.

Selon le maréchal Gueorgui Joukov , qui écrivit quelques années après que Khrouchtchev l'eut écarté et disgracié en , Khrouchtchev persuada Staline de ne pas évacuer les troupes de Kiev [ 55 ]. Néanmoins, Khrouchtchev nota dans ses mémoires que lui et le maréchal Semion Boudienny proposèrent de redéployer les forces soviétiques pour éviter un encerclement jusqu'à ce que le maréchal Semion Timochenko arrive de Moscou avec l'ordre de tenir les positions [ 56 ].

L'un des premiers biographes de Khrouchtchev, Mark Frankland, suggéra que sa foi en Staline vacilla à la suite des revers de l'Armée rouge [ 28 ]. Khrouchtchev écrivit dans ses mémoires:. Plus tard, la 5 e Armée fut également anéantie… Tout cela n'avait aucun sens et du point de vue militaire, il s'agissait d'une démonstration d'ignorance, d'incompétence et d'illettrisme… Ici vous avez les résultats du refus de reculer.

Nous fûmes incapables de sauver ces troupes car nous ne les avions pas retirées et en conséquence, nous les avons perdues… Et pourtant il était possible de permettre que cela n'arrive pas [ 57 ]. En , Khrouchtchev se trouvait sur le front sud-ouest et avec Timochenko, il proposa une contre-offensive massive dans la région de Kharkov. Les Allemands avaient néanmoins anticipé l' attaque et mirent en place un piège. L'offensive commença le 12 mai et les Soviétiques progressèrent rapidement mais cinq jours plus tard, les Allemands brisèrent les flancs de l'Armée rouge qui risquait à présent de se faire encercler.

Staline refusa d'annuler l'offensive et les divisions soviétiques furent rapidement isolées. Si Staline laissa entendre que Khrouchtchev serait arrêté et exécuté, il l'autorisa néanmoins à retourner sur le front en l'envoyant à Stalingrad [ 58 ]. Khrouchtchev arriva sur le front de Stalingrad en août peu après le début de la bataille pour son contrôle [ 59 ].

Même s'il se rendait parfois à Moscou, il resta à Stalingrad durant la plus grande partie de la bataille et il faillit être tué au moins une fois.

Il proposa une contre-attaque mais découvrit que Joukov et les autres généraux avaient déjà planifié en secret l' opération Uranus destinée à encercler les troupes allemandes. Avant le lancement de l'offensive, Khrouchtchev passa beaucoup de temps à inspecter les préparatifs, sonder le moral des troupes, interroger les prisonniers allemands et à en recruter certains pour des opérations de propagande [ 59 ].

Après le retrait des troupes allemandes de Stalingrad, Khrouchtchev fut envoyé sur d'autres fronts. Il fut affecté par une tragédie personnelle lorsque son fils Leonid, qui participait au conflit comme pilote de chasse, fut apparemment abattu et tué le 11 mars Les circonstances de sa mort restent obscures et controversées [ 61 ] car aucun des autres pilotes n'indiqua l'avoir vu être abattu et son avion ou son corps ne furent pas retrouvés.

En conséquence, le destin de Leonid a fait l'objet de nombreuses spéculations. Selon une théorie, Leonid aurait survécu et collaboré avec les Allemands et lorsqu'il fut recapturé, Staline ordonna son exécution malgré les suppliques de son père [ 61 ].

Cette élimination supposée est utilisée pour expliquer pourquoi Khrouchtchev dénonça plus tard Staline dans son discours secret [ 61 ] , [ 62 ]. Cette théorie n'est pas soutenue par les sources soviétiques mais certains historiens avancent que le dossier de Leonid fut modifié après la guerre [ 63 ].

À la fin de sa vie, l' ailier de Leonid avança avoir vu son appareil se désintégrer mais il ne le signala pas. Le biographe de Khrouchtchev, Taubman, suppose que cette omission était probablement destinée à ne pas le faire suspecter de complicité dans la mort du fils d'un membre du Politburo [ 64 ]. Au milieu de l'année , l'épouse de Leonid, Liuba Khrouchtcheva, fut arrêtée pour espionnage et condamnée à cinq ans de travaux forcés et son fils Tolya issu d'une autre relation fut placé en orphelinat.

La fille de Leonid, Julia, fut élevée par Nikita et sa femme [ 65 ]. En juillet , Khrouchtchev accompagna les troupes soviétiques lors de la bataille de Koursk qui se révéla être la dernière grande offensive allemande sur le territoire soviétique [ 66 ].

Khrouchtchev suivit les forces soviétiques lors de leur entrée en novembre dans la ville de Kiev largement dévastée [ 67 ]. Avec la progression de plus en plus rapide des Soviétiques, il commença à être impliqué dans les travaux de reconstruction en Ukraine.

Il fut nommé premier ministre de la République d'Ukraine en plus de son ancien poste de chef du parti communiste ukrainien, l'une des rares occasions où les fonctions de dirigeant civil de l'Ukraine et de chef de son Parti furent occupées par la même personne [ 68 ]. Selon le biographe de Khrouchtchev, William Tompson, il est difficile d'évaluer sa carrière militaire car il agit souvent dans le cadre d'un conseil militaire et il est difficile de savoir dans quelle mesure il pouvait influencer les décisions ou s'il se contentait de signer les ordres d'autres officiers.

Tompson suggère que ces mentions favorables indiquent que les officiers tenaient Khrouchtchev en haute estime [ 31 ]. Presque toute l'Ukraine avait été occupée par les Allemands et lorsque Khrouchtchev y retourna à la fin de l'année , l'industrie était anéantie et l'agriculture devait faire face à de graves pénuries. Même si des millions d'Ukrainiens avaient été emmenés en Allemagne en tant que prisonniers de guerre ou travailleurs, il n'y avait pas assez de logements pour ceux qui restaient [ 69 ].

Un Ukrainien sur six fut tué durant la Seconde Guerre mondiale [ 70 ]. Le 9 septembre , il signe avec Edward Osóbka-Morawski , représentant le Comité polonais de Libération nationale un accord d' échange de population entre la Pologne et l'Ukraine.

Les Polonais vivant à l'est de la ligne Curzon , doivent rentrer en Pologne, tandis que les Ukrainiens demeurant en Pologne doivent rentrer en Ukraine.

Khrouchtchev cherchait à reconstruire l'Ukraine mais il voulait également achever la mise en place interrompue du système soviétique [ 71 ]. D'autres Ukrainiens rejoignirent les groupes de partisans luttant pour l'indépendance [ 72 ].

Khrouchtchev se déplaçait dans tous les districts pour presser les travailleurs de renouveler leurs efforts. Malgré les efforts de Khrouchtchev, en , la production de l'industrie ukrainienne était tombée à un quart de ses niveaux d'avant-guerre et les récoltes chutèrent par rapport à alors que tout le territoire n'avait pas encore été libéré [ 74 ]. Dans une tentative pour augmenter la production agricole, les kolkhozes fermes collectives reçurent l'autorisation d'expulser les résidents qui ne remplissaient pas leur part du travail.

Khrouchtchev considérait cette politique comme très efficace et il recommanda à Staline son application dans l'ensemble du pays [ 74 ]. Il travailla également à la mise en place de la collectivisation en Ukraine occidentale. Khrouchtchev espérait la réaliser en mais le manque de ressources et la résistance des nationalistes ralentirent le processus [ 75 ]. Les années de guerre et avaient connu de mauvaises récoltes et en , une grave sécheresse frappa l'Ukraine et l'ouest de la Russie.

Le gouvernement soviétique cherchait à collecter le plus de céréales possibles pour ravitailler les alliés communistes en Europe de l'Est [ 78 ]. Khrouchtchev fixa les quotas à un niveau élevé, ce qui mena Staline à attendre des quantités de céréales démesurées [ 79 ].

La nourriture fut rationnée mais les travailleurs ruraux non agricoles ne recevaient aucune carte de rationnement. L'inévitable famine fut limitée aux régions rurales reculées et fut peu remarquée en dehors de l'URSS [ 77 ]. Khrouchtchev, réalisant la situation désespérée à la fin de l'année , demanda à plusieurs reprises de l'aide à Staline mais ce dernier refusa avec colère. Comme ses lettres n'avaient aucun effet, Khrouchtchev s'envola à Moscou pour défendre son cas en personne.

Staline accepta finalement d'accorder une aide alimentaire limitée à l'Ukraine et de l'argent pour rendre gratuites les soupes populaires [ 80 ]. Le mois suivant, le Comité central ukrainien destitua Khrouchtchev de son poste de chef du Parti en faveur de Kaganovitch mais il conserva sa fonction de premier ministre [ 82 ]. Peu après l'arrivée de Kaganovitch à Kiev, Khrouchtchev tomba malade et il apparut rarement en public jusqu'en septembre Les enfants de Khrouchtchev se souviennent néanmoins avoir vu leur père sérieusement malade.

Une fois que Khrouchtchev fut capable de quitter son lit, lui et sa famille prirent leurs premières vacances depuis que la guerre avait éclaté dans une station balnéaire de Lettonie [ 82 ]. Khrouchtchev brisa rapidement la routine de la plage avec des parties de chasse et une visite de Kaliningrad où il fit le tour des usines et des carrières [ 84 ].

À la fin de l'année , Kaganovitch fut rappelé à Moscou et Khrouchtchev retrouva son poste de chef du Parti. Les dernières années de Khrouchtchev en Ukraine furent assez calmes, l'industrie récupérait [ 85 ] , les forces soviétiques parvinrent à éliminer les partisans et les récoltes de et de furent plus importantes que prévu [ 86 ]. La collectivisation se poursuivit en Ukraine de l'Ouest et Khrouchtchev mit en place de nouvelles politiques qui décourageaient les fermes privées. Certaines n'eurent cependant pas les effets escomptés et une taxe sur le bétail privé poussa les paysans à abattre leur cheptel [ 87 ].

Au lieu d'habiter dans des villages à proximité des fermes, les journaliers habiteraient à l'écart dans des villes plus importantes disposant d'installations et de services publics n'existant pas dans les villages. Il acheva la réalisation d'une telle ville en décembre avant son retour à Moscou et il la dédia à Staline pour son 70 e anniversaire [ 88 ]. Dans ses mémoires, Khrouchtchev parle en termes élogieux de l'Ukraine qu'il avait gouvernée durant plus d'une décennie:.

Je me rappelle avec enthousiasme les années que j'y ai passé. Il s'agissait d'une période pleine de responsabilités mais plaisante car elle m'apportait de la satisfaction Mais loin de moi l'idée d'accroître mon importance.

L'ensemble du peuple ukrainien a réalisé de grands efforts. J'attribue le succès de l'Ukraine au peuple ukrainien dans son ensemble. Je ne m'étendrai pas davantage sur ce thème, mais en principe il est très facile à démontrer. Je suis moi-même Russe et je ne veux pas offenser les Russes [ 89 ]. Khrouchtchev attribua son rappel à Moscou à la paranoïa de Staline qui craignait des complots à Moscou du même type que ceux qui auraient eu lieu lors de l' affaire de Leningrad où de nombreux hauts dirigeants du Parti avaient à tort été accusés de trahison [ 90 ].

Khrouchtchev redevint le chef du Parti de Moscou et de sa province. Taubman suggère que Staline avait probablement rappelé Khrouchtchev à Moscou pour faire contrepoids à l'influence de Gueorgui Malenkov et du chef de la sécurité Lavrenti Beria qui étaient largement considérés comme les héritiers de Staline [ 91 ].

À ce moment, le dictateur vieillissant convoquait rarement des réunions du Politburo et l'essentiel des grandes décisions était pris lors de dîners organisés par Staline. À une occasion, Staline demanda à Khrouchtchev, alors âgé de près de 60 ans, de réaliser une danse traditionnelle ukrainienne.

Khrouchtchev s'exécuta et indiqua plus tard: En , Khrouchtchev lança un vaste programme de construction de logements à Moscou. La plupart des immeubles d'habitation avaient cinq ou six étages et ils devinrent omniprésents dans toute l'Union soviétique et existent encore aujourd'hui [ 39 ]. Khrouchtchev fit utiliser du béton armé préfabriqué pour accélérer le rythme de construction [ 94 ].

Cela fit que les fermes étaient trop vastes pour être gérées efficacement par un seul président [ 95 ]. Khrouchtchev chercha également à promouvoir son concept d'agro-ville mais lorsque son long discours sur le sujet fut publié dans la Pravda en mars , Staline le désapprouva.

Le journal publia rapidement une note indiquant que le discours de Khrouchtchev était une simple proposition et non une politique. En avril, le Politburo désavoua le concept. Khrouchtchev craignit de perdre sa place mais Staline se contenta de se moquer sans prendre de sanctions [ 96 ]. Le 1 er mars , Staline fut victime d'un grave accident vasculaire cérébral apparemment après s'être levé de son lit. Staline avait demandé à ne pas être dérangé, ce qui fit que son état ne fut pas découvert avant une douzaine d'heures.

Alors que les médecins terrifiés tentaient de le soigner, Khrouchtchev et ses collègues se lancèrent dans une intense discussion en prévision de la formation d'un nouveau gouvernement.

Staline mourut le 5 mars, alors que Khrouchtchev et les autres dirigeants restèrent à pleurer à côté de son lit [ 97 ]. En conséquence, plusieurs centaines de milliers de personnes honnêtes ont péri.

Tout le monde vivait dans la peur. Tout le monde s'attendait à tout moment à être réveillé au milieu de la nuit par des coups à leur porte et à ce que cet événement leur soit fatal C'était l'arbitraire total et complet.

Et maintenant, tout cela doit être oublié et pardonné? Jamais [ 98 ]! La mort de Staline fut annoncée le 6 mars de même que la composition du nouveau gouvernement. Malenkov était le nouveau président du conseil des ministres premier ministre et Beria qui consolida son emprise sur les services de renseignement , Kaganovitch, Boulganine et l'ancien ministre des affaires étrangères, Molotov devenaient premiers députés vice-présidents.

Khrouchtchev fut relevé de ses fonctions de chef du Parti à Moscou pour qu'il puisse se concentrer sur des taches non spécifiées au sein du Comité central [ 99 ]. Le 14 mars, Malenkov démissionna néanmoins du secrétariat du Comité central car ses collègues craignaient qu'il n'acquiert trop de pouvoir [ ].

Le principal bénéficiaire fut Khrouchtchev qui fut élu premier secrétaire du Parti par le Comité central [ ]. Avant même l'enterrement de Staline, Beria avait lancé une série de réformes dont l'ampleur était comparable à celles de Khrouchtchev durant sa période au pouvoir et même à celles de Mikhaïl Gorbatchev , 30 ans plus tard [ ].

Les propositions de Beria étaient destinées à dénigrer Staline et à lui faire porter la responsabilité de ses propres crimes [ ]. Une proposition, qui fut adoptée, amnistiait plus d'un million de prisonniers [ ]. Il fut jugé en secret et exécuté en décembre avec cinq de ses plus proches associés.

Beria fut le dernier perdant d'une lutte de pouvoir soviétique à payer de sa vie sa chute [ ]. Le pouvoir de Malenkov se trouvait dans l'appareil politique civil, qu'il cherchait à étendre en réorganisant le gouvernement et en lui donnant plus de pouvoir aux dépens du Parti. Il tenta également d'obtenir le soutien du public en baissant le prix des produits de base et en abaissant le montant des souscriptions d' obligations d'État qui étaient depuis longtemps imposées aux citoyens.

De son côté, Khrouchtchev, dont la base du pouvoir reposait sur le Parti, chercha à le renforcer. Khrouchtchev rassembla le soutien des membres importants du Parti et il parvint à nommer ses sympathisants à la tête des principales instances de pouvoir qui entrèrent ensuite au sein du Comité central [ ]. Khrouchtchev se présentait comme un activiste pragmatique prêt à vaincre tous les obstacles à la différence de Malenkov qui semblait plus terne [ ]. Il fit ouvrir au public le Kremlin de Moscou , une décision qui fut appréciée du peuple [ ].

Si Malenkov et Khrouchtchev voulaient tous deux réformer l'agriculture, les propositions de Khrouchtchev étaient plus larges et incluaient la campagne des terres vierges destinée à implanter des centaines de milliers de jeunes volontaires dans des fermes en Sibérie occidentale et dans le nord du Kazakhstan. Malgré des succès initiaux [ ] , le projet fut à terme un désastre pour l'agriculture soviétique [ ].

De plus, Khrouchtchev disposait d'informations compromettantes sur Malenkov tirées des dossiers secrets de Beria [ ]. Alors que les procureurs soviétiques enquêtaient sur les atrocités de Staline vers la fin de son règne, dont l'affaire de Leningrad, ils découvrirent des preuves de l'implication de Malenkov [ ]. L'influence de Khrouchtchev continua de s'accroître avec l'allégeance des principaux représentants locaux du Parti et le placement de ses candidats à la tête du KGB [ ].

Lors d'une réunion du Comité central en janvier , Malenkov fut mis en accusation pour son implication dans les atrocités et le comité vota une résolution l'accusant d'avoir participé à l'affaire de Leningrad et d'avoir facilité l'accession de Beria aux postes de responsabilité. Lors d'une réunion du Soviet suprême le mois suivant, Malenkov fut destitué en faveur de Boulganine à la surprise des observateurs occidentaux [ ]. Après la mise en retrait de Malenkov, Khrouchtchev et Molotov avaient initialement travaillé ensemble en bonne entente et le ministre des affaires étrangères de longue date proposa même que Khrouchtchev et non Boulganine remplace Malenkov comme premier ministre [ ].

Les deux hommes n'avaient cependant pas les mêmes vues politiques. Molotov était réticent mais Khrouchtchev organisa la venue d'une délégation autrichienne à Moscou pour négocier le traité [ ]. À la fin de l'année , des milliers de prisonniers politiques étaient rentrés chez eux et ils témoignèrent de leurs expériences du goulag [ ]. La poursuite des enquêtes sur les abus commis révéla l'ampleur des crimes commis par Staline à ses successeurs.

Khrouchtchev était persuadé qu'une fois retirée la tache du stalinisme , le Parti inspirerait à nouveau confiance au peuple [ ]. À partir d'octobre , Khrouchtchev fit pression pour que les crimes de son prédécesseur soient dévoilés aux délégués du prochain XX e congrès du parti communiste. Certains de ses collègues dont Molotov et Malenkov s'opposaient à une telle divulgation et ils le persuadèrent de faire ses remarques au cours d'une session fermée au public [ ].

Le XX e congrès du Parti commença le 14 février et dans le discours d'ouverture, Khrouchtchev dénigra Staline et demanda aux délégués de se lever en l'honneur des dirigeants communistes décédés depuis le précédent congrès [ ].

Durant quatre heures, il démolit la réputation de Staline. Comme le dit le proverbe, on aurait pu entendre une mouche voler. Il dit aux délégués:. Il a souvent choisi le chemin de la répression et de la destruction physique, pas seulement contre ses véritables ennemis mais aussi contre des individus qui n'avaient commis aucun crime contre le Parti ou le gouvernement soviétique [ ].

Le discours secret, s'il ne changea pas fondamentalement la société soviétique, eut de larges effets. Dans les réunions où le discours secret fut lu, les communistes condamnèrent de manière encore plus virulente Staline et Khrouchtchev et demandèrent même des élections multipartites.

Cependant, Staline ne fut pas publiquement dénoncé et son portrait resta affiché dans toute l'URSS et même dans le bureau de Khrouchtchev au Kremlin. Mikhaïl Gorbatchev , alors fonctionnaire du Komsomol , se rappela que si les jeunes et les Soviétiques éduqués de son district étaient excités par le discours, beaucoup d'autres le critiquèrent et défendirent Staline ou affirmèrent que cela ne servait à rien de remuer le passé [ ].

Alors que l'audience du discours était entièrement soviétique, les délégations d'Europe de l'Est furent autorisées à l'entendre la nuit suivante et sa lecture fut lente pour qu'ils puissent prendre des notes. Il fut rapidement lu aux réunions du Komsomol , ce qui signifiait 18 millions d'auditeurs supplémentaires.

Si vous incluez leurs proches, leurs amis et leurs connaissances, on peut dire que tout le pays fut au courant du discours Durant la première moitié de l'année , Malenkov, Molotov et Kaganovitch s'efforcèrent de rassembler des soutiens pour renverser Khrouchtchev.

Leur entrée fut refusée mais il y avait suffisamment de membres du Comité central à Moscou pour organiser un congrès d'urgence du Parti qui força la direction à autoriser une réunion du Comité central. Molotov fut muté en tant qu'ambassadeur en Mongolie et les autres furent placés à la direction de complexes industriels et d'instituts loin de Moscou [ ]. Joukov apprit ce qui se passait et retourna en urgence à Moscou uniquement pour recevoir l'annonce officielle de sa destitution.

Lors d'une réunion du Comité central plusieurs semaines plus tard, pas un mot ne fut prononcé pour la défense de Joukov [ ]. Même si la domination de Khrouchtchev était à présent totale, il ne disposait pas du pouvoir absolu de Staline [ ].

Après sa prise de pouvoir, Khrouchtchev instaura une certaine liberté dans le domaine des arts. Il ordonna néanmoins en une virulente attaque contre Boris Pasternak après que son roman Le Docteur Jivago eut été publié à l'étranger et sa parution fut interdite en Union soviétique.

Pasternak reçut le prix Nobel de littérature , mais il dut le refuser à cause de fortes pressions. Après qu'il eut décliné le prix, Khrouchtchev ordonna l'arrêt des attaques contre Pasternak. Dans ses mémoires, Khrouchtchev avança qu'il fut tourmenté par le roman, qu'il passa très près de l'autoriser et qu'il regretta ensuite de ne pas l'avoir fait [ ]. J'aurais dû le lire moi-même. Khrouchtchev considérait que l'URSS pouvait atteindre le niveau de vie de l'Occident et il ne voyait aucun problème à autoriser les citoyens soviétiques à voir les réussites occidentales [ ].

Staline avait fortement limité l'entrée de touristes en Union soviétique et peu de Soviétiques avaient l'autorisation de voyager [ ].

Une semaine plus tard, la Pravda publia un appel pour la pureté artistique. Lorsque des écrivains et des cinéastes défendirent les peintres, Khrouchtchev dirigea également sa colère contre eux. Malgré la fureur du premier ministre, aucun des artistes ne fut arrêté ou exilé. L'exposition du Manège de Moscou resta ouverte quelque temps après la visite de Khrouchtchev et vit même une augmentation considérable du nombre de visiteurs après la parution de l'article de la Pravda [ ].

Sous Khrouchtchev, les tribunaux spéciaux appelés troikas institués par les services de renseignement et qui agissaient sans aucun respect pour les lois et les procédures furent abolis. Les réformes effectuées impliquaient qu'aucune accusation de crime politique ne pouvait être présentée même devant une cour régulière sans qu'elle ait été approuvée par le comité local du Parti. Cela fut rarement le cas et il n'y eut pas de grands procès politiques sous Khrouchtchev et tout au plus quelques centaines de procédures engagées.

Au lieu de cela, d'autres sanctions furent infligées aux dissidents telles que la perte d'emploi ou de poste universitaire et l'expulsion du Parti. En , Khrouchtchev ouvrit une réunion du Comité central à des centaines d'officiels soviétiques et certains purent même s'adresser à l'assemblée. Pour la première fois, le déroulement du Comité était rendu public et cette pratique se poursuivit dans les réunions suivantes. Néanmoins, cette transparence renforçait le contrôle de Khrouchtchev sur le Comité car les dissidents devraient se justifier devant une large audience [ ].

En , Khrouchtchev divisa le niveau d' oblast province des comités du Parti en deux structures parallèles, une pour l'industrie et l'autre pour l'agriculture. Cette décision était impopulaire chez les apparatchiks du Parti et elle entraîna des confusions dans la chaîne de commandement car aucun des comités n'avait de préséance sur l'autre.

Comme il n'y avait qu'un nombre limité de sièges au Comité central pour chaque oblast , la division créa la possibilité d'une rivalité entre les factions qui, selon Medvedev, avait le potentiel de mettre en place un système bipartite [ ].

Khrouchtchev ordonna également qu'un tiers des membres de chaque comité, du plus bas niveau à celui du Comité central, soit remplacé à chaque élection. Ce décret créa des tensions entre Khrouchtchev et le Comité central [ ] et irrita les dirigeants du Parti à qui Khrouchtchev devait sa prise de pouvoir [ 28 ]. Dès les années , Khrouchtchev défendit la culture du maïs en Union soviétique [ ]. Il fonda un institut du maïs en Ukraine et ordonna que des milliers d'hectares soient plantés avec du maïs dans les terres vierges [ ].

En février , Khrouchtchev prononça un discours dans lequel il défendit la création d'une agriculture fondée sur le maïs comme dans l' Iowa et une délégation soviétique se rendit dans l'État américain durant l'été. Alors que leur intention était de ne visiter que de petites exploitations, la délégation fut approchée par un agriculteur et vendeur de maïs, Roswell Garst , qui persuada ses membres de visiter sa grande ferme dans le comté de Guthrie [ ]. Garst conseilla aux Soviétiques de ne faire pousser le maïs que dans la partie sud du pays et de s'assurer qu'il y avait suffisamment d'engrais, d'insecticides et d'herbicides [ ].

Cela ne fut cependant pas fait car Khrouchtchev voulait planter du maïs même en Sibérie et sans les produits chimiques nécessaires. Khrouchtchev voulut abolir les Stations de Machines et de Tracteurs SMT qui possédaient les plus grands engins agricoles comme les moissonneuses-batteuses et les tracteurs et assuraient le labourage en transférant leurs équipements aux kolkhozes et aux sovkhozes fermes d'état [ ]. Après un test réussi dans lequel les SMT approvisionnaient un seul grand kolkhoze chacun, Khrouchtchev ordonna une transition graduelle mais demanda ensuite à ce que les changements aient lieu plus rapidement [ ].

En moins de trois mois, plus de la moitié des SMT avaient été fermés et les kolkhozes avaient l'obligation d'acheter les équipements sans réduction de prix pour les machines vieillissantes ou usées [ ]. Les employés des SMT, ne souhaitant pas s'associer aux kolkhozes et perdre leurs avantages salariaux et le droit de changer de travail, partirent pour les villes ce qui entraîna une pénurie d'opérateurs qualifiés [ ].

Le coût des équipements, des bâtiments de stockage et des réservoirs de carburant appauvrit de nombreux kolkhozes [ ]. Sans les SMT, le marché pour les équipements agricoles soviétiques s'effondra car les kolkhozes n'avaient ni l'argent ni les spécialistes pour acheter de nouveaux équipements [ ].

L'un des conseillers de Khrouchtchev était l' ingénieur agronome Trofim Lyssenko qui promettait d'accroître les rendements agricoles en modifiant les caractéristiques des plantes. Ses idées étaient appréciées par Khrouchtchev qui demanda leur application malgré le manque total de justification scientifique et Lyssenko parvint à maintenir son influence malgré des échecs répétés.

Les actions de Lyssenko retardèrent fortement le développement de la recherche génétique en Union soviétique [ ]. En , Khrouchtchev annonça que l'objectif était de dépasser les États-Unis pour la production de lait, de viande et de beurre. Les fonctionnaires locaux, encouragés par Khrouchtchev, firent des prévisions de production irréalistes. Ces objectifs étaient remplis en obligeant les éleveurs à abattre leur cheptel reproducteur et à acheter de la viande dans les magasins d'état avant de les revendre ensuite au gouvernement, ce qui augmentait artificiellement les chiffres de production [ ].

Dans la ville russe de Novotcherkassk , ce mécontentement déboucha sur une grève et une révolte contre les autorités. Le soulèvement fut réprimé par l'armée et, selon les rapports officiels soviétiques, 22 personnes furent tuées et 87 blessées. De plus, manifestants furent arrêtés et sept d'entre eux furent exécutés.

Les nouvelles de la révolte furent complètement étouffées en URSS mais elles se répandirent via les samizdats et affectèrent la réputation de Khrouchtchev en Occident [ ]. Les pénuries entraînèrent l'apparition de soupes populaires, un fait qui fut initialement caché à Khrouchtchev [ ]. Ce dernier était réticent à l'idée d'acheter de la nourriture à l'Ouest [ ] mais comme l'alternative était une famine de grande ampleur, il utilisa une partie du stock d'or soviétique pour acheter des céréales et des produits alimentaires à l'étranger [ ].

Durant sa visite aux États-Unis en , Khrouchtchev fut très impressionné par les programmes d'éducation agricole de l' université d'État de l'Iowa et il chercha à les transposer en Union soviétique. À cette époque, la principale université agricole d'URSS se trouvait à Moscou et peu d'étudiants pratiquaient sur le terrain. Khrouchtchev proposa de déplacer le programme dans les zones rurales. Cela ne fut pas le cas, du fait de la résistance des professeurs et des étudiants qui ne se prononcèrent jamais véritablement contre le premier ministre mais n'appliquèrent pas ses propositions [ ].

C'est une ancienne et vénérable institution, une grande entité économique avec des enseignants qualifiés mais elle est en ville! Khrouchtchev fonda plusieurs villes académiques comme Akademgorodok. Le premier ministre considérait que la science occidentale progressait car de nombreux scientifiques vivaient dans des villes universitaires comme Oxford à l'écart des distractions des grandes villes, étaient bien payés et vivaient dans d'excellentes conditions.

Il chercha à dupliquer ces conditions en Union soviétique. La tentative de Khrouchtchev fut globalement réussie même si ses nouvelles villes et centres scientifiques avaient tendance à attirer les jeunes scientifiques alors que les anciens étaient réticents à l'idée de quitter Moscou ou Leningrad [ ].

Khrouchtchev proposa également de restructurer le système d'enseignement secondaire. Alors que les lycées préparaient les élèves à entrer à l'université, peu de jeunes soviétiques suivaient cette voie.

Khrouchtchev voulu renforcer l'attrait de l'apprentissage: Si la proposition de formation professionnelle ne survécut pas à la chute de Khrouchtchev, la décision d'établir des lycées spécialisés pour les élèves surdoués ou ceux voulant étudier un sujet spécifique entraîna des changements bien plus durables [ ].

Ces écoles furent modelées d'après les lycées étrangers qui avaient été fondés à Moscou et à Leningrad à partir de [ ]. En , l' université d'État de Novossibirsk devint le premier établissement d'enseignement permanent spécialisé dans les mathématiques et la science. D'autres écoles de ce type furent rapidement créées à Moscou, Leningrad et Kiev. Au début des années , plus de écoles spécialisées avaient été fondées avec des spécialisations en mathématiques, en science, en art, en musique et en sport [ ].

Lors de la prise de pouvoir par Khrouchtchev, peu de gens en dehors d'Union soviétique le connaissaient et ils ne furent initialement pas impressionnés par le personnage. Mais quelles que soient ses actions, il était plus humain que son prédécesseur ou même que la plupart de ses homologues étrangers et pour une grande partie des gens, cela suffisait à rendre l'URSS moins mystérieuse ou dangereuse [ ].

Les Occidentaux refusèrent la proposition et l'ultimatum expira en mai sans résultats tangibles [ ]. Khrouchtchev voulut éliminer une grande partie de l'arsenal conventionnel pour faire reposer la défense de l'Union soviétique sur les missiles balistiques intercontinentaux [ ].

Il considérait que sans cela, l'énorme complexe militaro-industriel continuerait d'accaparer les ressources et empêcherait l'amélioration des conditions de vie de la population [ ]. En , Khrouchtchev abandonna les plans de Staline pour une grande marine car il considérait que les nouveaux navires seraient trop vulnérables à une attaque conventionnelle ou nucléaire [ ]. En janvier , Khrouchtchev profita d'une amélioration des relations avec les États-Unis pour ordonner une réduction d'un tiers des forces armées soviétiques en avançant que des armes plus performantes remplaceraient les soldats perdus [ ].

La conscription restait en vigueur mais les exemptions pour le service militaire devinrent de plus en plus fréquentes, en particulier pour les étudiants [ ]. Les Soviétiques ne disposaient que de quelques missiles balistiques intercontinentaux opérationnels malgré les affirmations de Khrouchtchev selon lesquels l'URSS en détenait de nombreux et de plusieurs types.

Le premier secrétaire espérait que la perception du public selon laquelle les Soviétiques étaient en tête entraînerait une pression psychologique sur l'Occident et des concessions politiques [ ].

Le programme spatial soviétique fermement défendu par Khrouchtchev sembla confirmer ses affirmations quand une fusée plaça Spoutnik 1 en orbite [ ]. Les gouvernements occidentaux en conclurent que le programme balistique soviétique était bien plus avancé que ce qu'il était en réalité. Khrouchtchev ajouta à l'appréhension occidentale en affirmant dans une interview d'octobre que l'URSS avait toutes les fusées dont elle avait besoin [ ]. Durant des années, Khrouchtchev fit précéder chaque grande visite à l'étranger par un tir de missile pour embarrasser ses hôtes [ ].

Les États-Unis découvrirent lors de survols à la fin des années que le programme balistique soviétique n'était pas aussi avancé que cela mais seuls quelques hauts-fonctionnaires américains étaient au courant [ ]. Khrouchtchev fut invité aux États-Unis et il s'y rendit en septembre pour une visite de treize jours. La première visite d'un premier ministre soviétique aux États-Unis entraîna une tempête médiatique [ ].

Il conclut son discours sur une note très grave: Le monde tremble dans la crainte d'une guerre nucléaire entre les deux superpuissances.

Une semaine plus tôt, des photos aériennes prises par un avion-espion U2 ont révélé au président américain que les Soviétiques étaient en train d'installer des bases de lancement de fusées à tête nucléaire sur l'île de Cuba, à kilomètres de la Floride et à portée immédiate des métropoles américaines.

Pour les Soviétiques, cette épée de Damoclès est inadmissible Le président Kennedy confie la gestion de la crise à un Conseil de sécurité nationale placé sous l'autorité de son frère Bob et du Secrétaire à la Défense McNamara.

Le vice-président Lyndon Johnson y participe exceptionnellement. La tension est à son comble. C'est un jeu extrêmement périlleux: Dès le 24 octobre, des cargos soviétiques renoncent à poursuivre leur route vers l'île. Le lendemain, un avion-espion U2 est abattu au-dessus de Cuba et son pilote tué. Kennedy prévient les Soviétiques que la prochaine agression de ce type serait suivie d'un bombardement des sites de missiles.

Mais finalement, du bout des lèvres, il accepte le principe des négociations et prend par écrit l'engagement de ne jamais tenter d'envahir Cuba.

Le 28 octobre, Khrouchtchev, l'honneur sauf, s'incline et accepte de démonter les sites de missiles. La crise des fusées est l'aboutissement d'un spectaculaire revirement des relations entre Washington et La Havane.

Le 1er janvier , à Cuba, un jeune guerillero , Fidel Castro , a mis fin à l'interminable dictature de Fulgencio Batista avec le soutien discret des États-Unis.

Latest Updates

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.