Imperial Cleaning

• NOS ACTIONS •

Elle a été offerte en par un comité belge de victimes de guerre à Herbert Hoover en remerciement pour son engagement humanitaire lors de la Première Guerre mondiale.

Conseils produits

Personnels

Pour intégrer cette vidéo sur votre site, utiliez le code suivant: Bonporn Vous pouvez aussi la partager: Inscription nécessaire Pour pouvoir poster un commentaire sur cette vidéo, vous devez vous connecter ou vous inscrire! Belle libanaise baisee par son mari Il planque des cams chez lui avant d'inviter une Algérienne de Toulouse qui assure grave en sucette Algérienne voilée subit une sodomie hard Fessées et enculage d'une arabe Il jute sans tabou sur cette beurette soumise Une suceuse rebeu captivante Egyptienne aux gros lolos défoncée en POV Marocaine prise profondément dans le cul Une iranienne tombe le voile pour se lancer dans le X Niquée par son mec qui a faim Amatrice egyptienne au lit avec son mec Vieille urophile boit sa pisse Vieille blonde baise comme une salope Vieille prof et deux jeunes eleves La sodomie lui élargit bien le trou Baisée dehors comme une pute du Bois de Boulogne Sexe en foret - Brune se prend un enorme penis La procédure relative aux demandes d'aménagements aux examens pour la session sera mise en ligne à compter de fin septembre Les écoliers de Jean Zay sur scène Les élèves de petite section de Mme Nicolas ainsi que les élèves de grande section de Mme Aknin de l'école maternelle Jean Zay au Kremlin-Bicêtre ont créé un conte dans lequel une petite fille est projetée dans un monde futur déshumanisé et robotisé.

Une rentrée en fanfare! Avancement à la classe exceptionnelle au 1er septembre La C. Avancement à l'échelon spécial de la classe exceptionnelle au 1er septembre La CAPD du Val-de-Marne a examiné, lors de la séance du 5 juillet , l'avancement à à l'échelon spécial de la classe exceptionnelle dans le corps des professeurs des écoles au titre de l'année scolaire Admission à la retraite rentrée Circulaire admission à la retraite - rentrée scolaire Admission à la retraite rentrée Palmarès de la session Lutter contre les leucodystrophies L'association européenne contre les leucodystrophies ELA lance sa campagne nationale "Mets tes baskets et bats la maladie".

Lancement défis scientifiques Le groupe départemental sciences et technologie propose aux classes maternelles et élémentaires du Val-de-Marne de relever un défi scientifique. Lire l'appel à projet et découvrir les défis Élèves et familles Instruction à domicile Informations et documents relatifs à l'instruction dans la famille et à l'inscription au CNED pour l'année scolaire Admission au lycée public rentrée Admission au lycée public rentrée Après leur repli, les rois de Thèbes se retrouvent pris au piège entre les Hyksôs au nord et leurs alliés nubiens, les Koushites , au sud.

Après une centaine d'années d'inaction, les forces thébaines se rassemblent vers et contestent le pouvoir des Hyksôs dans un conflit qui s'étend sur plus de trente ans [ 39 ]. Les pharaons Séqénenrê Taâ et Kamosé réussissent finalement à vaincre les Nubiens, mais ce n'est que le successeur de Kamosé, Ahmôsis I er , qui mène avec succès une série de campagnes qui libère définitivement l'Égypte de la présence des Hyksôs.

L'armée devient ainsi une priorité pour les pharaons du Nouvel Empire qui suit afin d'assurer l'extension des frontières et sa domination complète sur le Proche-Orient [ 41 ]. Les pharaons du Nouvel Empire instaurent une période de prospérité sans précédent en sécurisant leurs frontières et en renforçant les liens diplomatiques avec leurs voisins.

Elles renforcent également les loyautés et ouvrent l'accès aux importations essentielles telles que le bronze et le bois [ 42 ]. Les pharaons du Nouvel Empire commencent une campagne de grande envergure pour promouvoir le dieu Amon dont le culte est basé à Karnak.

Ils construisent également des monuments à la gloire de leurs propres réalisations, tant réelles qu'imaginaires. La pharaonne Hatchepsout utilise ce type de propagande pour légitimer ses prétentions au trône [ 43 ]. Son règne a été marqué par le succès de ses expéditions commerciales vers Pount , un temple mortuaire élégant, une paire d' obélisques colossales et une chapelle à Karnak.

Cependant, malgré ses réalisations, le neveu et beau-fils d'Hatchepsout, Thoutmôsis III cherche à effacer son héritage vers la fin de son règne, peut-être en guise de représailles pour avoir usurpé son trône [ 44 ]. Vers , la stabilité du Nouvel Empire est menacée quand Amenhotep IV monte sur le trône et impulse une série de réformes radicales et chaotiques. Changeant son nom en Akhénaton , il promeut le précédemment obscur dieu soleil, Aton , comme divinité suprême et supprime le culte des autres divinités [ 45 ].

Il transfère la capitale à Akhetaton Tell el-Amarna , de nos jours et fait la sourde oreille aux affaires étrangères tout absorbé qu'il est par sa nouvelle religion et son style artistique.

Après sa mort, le culte d'Aton est rapidement abandonné et les pharaons ultérieurs Toutânkhamon , Aÿ et Horemheb effacent toute référence à l'hérésie d'Akhénaton, maintenant connue comme l'époque amarnienne [ 46 ]. Vers , Ramsès II monte sur le trône et continue à construire plus de temples, à ériger de nouvelles statues et obélisques et engendre plus d'enfants que tout autre pharaon dans l'histoire [ 47 ].

En chef militaire audacieux, Ramsès II conduit son armée contre les Hittites à la bataille de Qadesh et, après que les combats atteignent l'impasse, accepte finalement le premier traité de paix enregistré vers [ 48 ].

La richesse de l'Égypte en fait cependant une cible de choix pour l'invasion, en particulier par les Libyens et les Peuples de la mer. Au début, l'armée réussit à repousser ces invasions, mais l'Égypte perd finalement le contrôle de la Syrie et de la Palestine. L'impact des menaces extérieures est par ailleurs aggravé par des problèmes internes tels que la corruption, le vol des tombes et les troubles civils.

Les grands prêtres du temple d'Amon à Thèbes accumulent de vastes étendues de terres et des richesses qui contribuent à l'accroissement de leur pouvoir durant la Troisième Période Intermédiaire [ 49 ]. Après la mort de Ramsès XI en , Smendès prend le contrôle de la partie nord de l'Égypte, à partir de la ville de Tanis.

Quant au sud du pays, il est alors contrôlé par les grands prêtres d'Amon à Thèbes, qui ne reconnaissent Smendès que de nom [ 50 ]. Pendant ce temps, les Libyens s'installent dans le delta occidental où leurs chefs prennent de plus en plus leur autonomie.

Sheshonq reprend également le contrôle du sud de l'Égypte en plaçant des membres de sa famille à des postes clés du clergé. Le pouvoir des bubastites s'amenuise à mesure qu'une dynastie rivale émerge dans le delta à Léontopolis et que les Koushites menacent le sud du pays.

Autour de , le roi Koushite, Piânkhy , envahit le nord de l'Égypte et prend le contrôle de Thèbes, puis finalement du delta [ 51 ]. Le prestige de l'Égypte chute considérablement à la fin de la troisième période intermédiaire. Ses alliés étrangers tombent en effet sous la sphère d'influence de l' Assyrie et, à partir de , la guerre entre les deux États devient inévitable.

Entre et , les Assyriens entament les hostilités contre l'Égypte. Les règnes de Taharqa et de son successeur, Tanoutamon , sont marqués par le conflit permanent avec les Assyriens, contre lesquels les dirigeants nubiens accumulent plusieurs victoires [ 52 ].

Les Assyriens repoussent finalement les Koushites en Nubie, occupent la ville de Memphis et saccagent les temples de Thèbes [ 53 ]. En l'absence de plans de conquête permanente, les Assyriens abandonnent le contrôle de l'Égypte à une série de vassaux, connus sous le nom de rois Saïtes de la XXVI e dynastie. Dès , le roi Psammétique I er arrive à chasser les Assyriens avec l'aide de mercenaires grecs recrutés pour former la première armée navale d'Égypte.

L'influence grecque s'accroît considérablement à mesure que la ville de Naucratis devient le foyer des Grecs dans le delta. Les rois Saïtes basés dans la nouvelle capitale de Saïs connaissent une brève mais vive résurgence dans l'économie et la culture, mais en , les puissants Perses, dirigés par Cambyse II , commencent leur conquête de l'Égypte et finissent par capturer le pharaon Psammétique III à la bataille de Péluse.

Cambyse II prend alors le titre officiel de Pharaon, mais gouverne depuis sa ville natale de Suse en laissant l'Égypte sous le contrôle d'une satrapie. À la suite de son annexion par la Perse, l'Égypte est rejointe par Chypre et la Phénicie dans la sixième satrapie de l'empire perse achéménide.

Cette première période de la domination perse sur l'Égypte, aussi connue comme la XXVII e dynastie , prend fin en Une brève restauration de la domination perse, parfois désignée sous le nom de XXXI e dynastie , commence en Après onze ans seulement, en , le souverain perse Mazaces remet le trône d'Égypte sans se battre à Alexandre le Grand [ 55 ].

L'administration établie par les successeurs d'Alexandre, les Lagides ou Ptolémées, est basée sur un modèle égyptien dont la nouvelle capitale est Alexandrie. La ville sert à mettre en valeur la puissance et le prestige de la domination grecque et devient un siège d'apprentissage et de culture, autour de la célèbre bibliothèque d'Alexandrie [ 56 ].

Le phare d'Alexandrie éclaire alors le chemin de nombreux bateaux de commerce sur lesquels les Ptolémées basent l'économie du pays, avec notamment l'exportation du papyrus [ 57 ]. Afin de s'assurer de la loyauté du peuple, les Ptolémées soutiennent les traditions garantissant ainsi que les traditions égyptiennes ne soient pas supplantées par la culture grecque. Ils construisent de nouveaux temples de style égyptien, avec l'appui des cultes traditionnels et se présentent eux-mêmes comme pharaons.

Certaines traditions fusionnent comme le syncrétisme du panthéon divin à mi-chemin entre les divinités grecques et égyptiennes tel que Sérapis ou les motifs traditionnels égyptiens influencés par la sculpture grecque.

Malgré leurs efforts pour apaiser les Égyptiens, les Ptolémées sont contestés par des rébellions de la population indigène, les rivalités familiales et la puissante foule d'Alexandrie qui se forme du temps de Ptolémée IV [ 58 ]. En outre, à mesure que Rome compte davantage sur ses importations de grain en provenance d'Égypte, les Romains s'intéressent fortement à la situation politique du pays. La poursuite des révoltes égyptiennes, l'ambition exacerbée des politiciens et les puissants opposants séleucides rendent cette situation instable, menant Rome à envoyer des forces pour sécuriser le pays pour en faire une province de son empire [ 59 ].

Les Romains dépendent alors fortement des expéditions de grain en provenance d'Égypte, et la légion romaine , sous le contrôle d'un préfet nommé par l'Empereur, réprime les révoltes, applique strictement la collecte de lourdes taxes et empêche les attaques de bandits qui devenaient de plus en plus répandues [ 60 ]. Alexandrie devient un centre de plus en plus important sur la route commerciale vers l'Orient, au fur et à mesure qu'augmente la demande de Rome pour l'exotisme oriental [ 61 ].

Bien que les Romains aient une attitude plus hostile que les Grecs à l'égard des Égyptiens, certaines traditions comme la momification et le culte des dieux traditionnels se poursuivent [ 62 ].

L'art du portrait de momies est florissant et quelques-uns des empereurs romains se font eux-mêmes dépeindre sous les traits de pharaons, mais dans une moindre mesure toutefois que les Ptolémées. L'administration locale adopte le style de l'administration romaine et reste fermée aux Égyptiens indigènes [ 62 ].

Il s'agit toutefois d'une religion sans compromis qui cherche à gagner des convertis issus du paganisme , menaçant ainsi les traditions religieuses populaires. Cela conduit à la persécution des convertis au christianisme dont le point culminant est atteint avec les grandes purges ordonnées par Dioclétien en [ 63 ].

En , l'empereur chrétien Théodose présente une loi qui interdit les rites païens et ferme les temples [ 64 ]. Alexandrie devient le théâtre de grandes émeutes anti-païennes au cours desquelles l'imagerie religieuse publique et privée est détruite [ 65 ].

Par conséquent, la culture païenne de l'Égypte décline progressivement. Alors que la population indigène continue à parler sa langue , l'aptitude à lire les hiéroglyphes disparait avec la diminution du rôle des prêtres et prêtresses des temples égyptiens. Les temples sont d'ailleurs parfois transformés en églises ou abandonnés dans le désert [ 66 ]. C'est vers le début du Néolithique que des tribus commencent à se rassembler dans la fertile vallée du Nil, pour aboutir à la constitution de deux royaumes politiquement distincts mais étroitement liés par une culture commune: La tradition attribue au royaume du sud mené par Narmer l'unification du pays et l'établissement des premières institutions pharaoniques.

Les anciens Égyptiens ne faisaient pas cette distinction: La fin de l'histoire égyptienne antique varie en fonction du point de vue adopté. L'Égypte antique est une monarchie théocratique. Bien plus qu'un roi, le pharaon est à la fois l'administrateur principal, le chef des armées, le premier magistrat et le prêtre suprême de l'Égypte.

En effet, Pharaon avait une mission à remplir: Pour exercer son contrôle sur les terres et les ressources, le pharaon s'appuie sur une administration composée de fonctionnaires qui gère ses affaires au quotidien. Cette administration est dirigée par son homme de confiance, le vizir, qui agit comme représentant du roi et coordonne l'arpentage des terres, le trésor, les projets de construction, le système juridique et les archives [ 67 ].

Le territoire égyptien est découpé en quarante-deux régions administratives, appelées nomes , qui sont chacune régie par un nomarque , responsable devant le vizir de sa compétence. Les temples constituent l'épine dorsale de l'économie égyptienne. Ainsi, les temples sont non seulement des lieux de culte mais ils sont également responsables de la collecte et du stockage des richesses de la nation dans un système administré de greniers et de trésoreries qui redistribuent les céréales et les biens [ 68 ].

La société égyptienne est très stratifiée et le statut social de chaque individu est expressément affiché. Les agriculteurs constituent la grande majorité de la population bien qu'ils ne détiennent la propriété ni de leurs produits, ni de leurs terres. En effet, les produits agricoles sont détenus directement par l'État, un temple ou une famille noble qui possède la terre [ 69 ]. Les agriculteurs sont aussi soumis à un impôt sur le travail et sont obligés de travailler sur les projets d'irrigation ou de construction via un système de corvées [ 70 ].

Les artistes et les artisans ont un statut plus élevé que les agriculteurs même s'ils sont eux aussi sous le contrôle de l'État.

Ils travaillent dans des boutiques attenant aux temples et sont payés directement par le Trésor public. Cette classe supérieure met en évidence son statut social dans l'art et la littérature. Juste en dessous de la noblesse se trouvent les prêtres, les médecins et les ingénieurs qui ont suivi une formation spécialisée dans leur domaine. Bien qu'aucune preuve n'indique que l' esclavage soit pratiqué à cette époque, s'il existait son éventuelle ampleur et sa prévalence restent inconnues [ 72 ].

Les Égyptiens de l' Antiquité considèrent les hommes et les femmes comme égaux devant la loi, quelle que soit la classe sociale. Le plus humble des paysans a ainsi le droit de présenter une requête auprès du vizir et de sa cour pour obtenir réparation [ 73 ].

Les hommes et les femmes ont le droit de posséder et de vendre des biens, de conclure des contrats, de se marier et de divorcer, de recevoir un héritage et d'entamer des poursuites devant les tribunaux en cas de litige. Les couples mariés peuvent posséder des biens communs et se protéger du divorce en signant un contrat de mariage qui stipule les obligations financières du mari à sa femme et à ses enfants dans le cas où le mariage prendrait fin.

Comparés à leurs homologues de la Grèce antique ou de Rome, les Égyptiennes bénéficient d'une grande liberté et de la possibilité de se réaliser sur le plan personnel. Plusieurs femmes dont Hatchepsout [ 74 ] et Cléopâtre accèdent même au pouvoir suprême, alors que d'autres exercent un pouvoir religieux en tant qu' épouses d'Amon. En dépit de ces libertés, les Égyptiennes ne peuvent toutefois pas exercer de postes officiels dans l'administration et restent cantonnées à des rôles secondaires dans les temples, en raison d'une inégalité par rapport aux hommes devant l'instruction [ 73 ].

Au sommet du système judiciaire égyptien se trouve officiellement le pharaon qui est chargé de promulguer les lois, de rendre la justice et de maintenir l'ordre public, un concept que les anciens Égyptiens dénomment Maât [ 67 ]. Même si aucun code juridique n'a survécu, les documents judiciaires de l'époque montrent que la loi égyptienne est fondée sur le bon sens entre le bien et le mal qui se base avant tout sur la résolution de conflits et sur la conclusion d'accords plutôt que sur un ensemble complexe de lois [ 73 ].

Des conseils d'anciens, connus sous le nom de Kenbet dans le Nouvel Empire, sont chargés de statuer localement sur les affaires judiciaires impliquant des petites créances et des conflits mineurs [ 67 ]. Les cas les plus graves impliquant des meurtres, des opérations immobilières importantes et du pillage de tombeau sont renvoyés à la Grande Kenbet , présidée par le vizir ou le pharaon.

Les demandeurs et les défendeurs se représentent eux-mêmes et prêtent serment d'avoir dit toute la vérité. Dans certains cas, l'État assume à la fois le rôle de procureur et de juge. Il n'est alors pas rare que l'accusé soit passé à tabac pour obtenir des aveux et les noms des conspirateurs.

Cependant, que les accusations soient graves ou non, les scribes judiciaires prennent acte par écrit de la plainte, des témoignages et du verdict de l'affaire pour future référence [ 75 ]. Suivant la gravité des actes incriminés, les sentences pour les crimes mineurs vont de la simple amende à la mutilation du visage, en passant par les coups ou l'exil. Les criminels les plus dangereux tels que les meurtriers ou les pilleurs de tombe sont condamnés à mort, soit par décapitation, par noyade ou par empalement.

Dans les cas très graves, la sanction pouvait même être étendue à la famille du criminel [ 67 ]. À partir du Nouvel Empire, les oracles jouent un rôle majeur dans le système juridique en rendant la justice dans les affaires civiles et pénales.

Avec le support d'un certain nombre de prêtres, le dieu rend son jugement en choisissant l'une ou l'autre des réponses, en se penchant en avant ou en arrière ou en pointant l'une des réponses écrites sur une feuille de Papyrus ou un ostracon [ 76 ]. Une grande partie de l'économie est centralisée et strictement contrôlée. Les salaires des travailleurs sont versés en grains: Les prix des marchandises et des denrées sont fixés pour l'ensemble du territoire et sont consignés dans des listes pour faciliter les échanges.

Le grain peut ainsi être échangé contre d'autres biens, selon la liste de prix fixes. Au début, les pièces sont utilisées comme quantités normalisées de métaux précieux , plutôt que comme une vraie monnaie. Toutefois, après quelques siècles, les négociants internationaux commencent à se fonder sur la monnaie [ 79 ].

Les Égyptiens établissent des relations commerciales avec leurs voisins pour obtenir des produits exotiques et rares qu'on ne peut pas trouver en Égypte. Dans la période prédynastique, ils mettent en place une route commerciale avec la Nubie pour obtenir de l'or et de l'encens et une colonie stationne également dans le sud de Canaan [ 80 ].

Ils établissent également des liens commerciaux avec la Palestine, comme en témoignent les cruches de pétrole de style palestinien trouvées dans les sépultures des pharaons de la première dynastie [ 81 ]. Narmer possède également des céramiques égyptiennes produites au pays de Canaan et exportées vers l'Égypte [ 82 ] , [ 83 ]. À partir de la deuxième dynastie, l'Égypte commerce avec Byblos pour s'approvisionner en bois de qualité.

Sous la cinquième dynastie, le commerce avec le pays de Pount fournit des résines aromatiques, de l'or, de l' ébène , de l' ivoire et des animaux sauvages tels que des singes et des babouins [ 84 ]. L'Égypte se repose aussi sur le commerce avec l' Anatolie pour acheter de l'étain ainsi que des réserves supplémentaires de cuivre, nécessaires à la fabrication du bronze.

Les Égyptiens apprécient également le lapis-lazuli qui est importé du lointain Afghanistan. Parmi les autres partenaires commerciaux de l'Égypte en Méditerranée, on trouve également la Grèce et la Crète qui approvisionnent le pays en huile d'olive [ 85 ].

Pour équilibrer sa balance commerciale, l'Égypte exporte surtout des céréales, de l'or, du lin, du papyrus, ainsi que d'autres produits finis parmi lesquels du verre et des objets en pierre [ 86 ]. Il existe un étonnant paradoxe entre l'image que les Égyptiens de l'Antiquité avaient de leur agriculture et l'image qu'en avaient les visiteurs étrangers. Ainsi, alors que les scribes dépeignent le métier d'agriculteur comme le plus harassant et ingrat des travaux manuels, les voyageurs grecs comme Hérodote et Diodore de Sicile s'extasiaient devant cette terre où les plantes semblaient pousser sans grand effort.

Il est vrai que l'agriculture égyptienne connaît un grand succès pendant l'Antiquité en raison d'une combinaison de facteurs géographiques favorables, au premier rang desquels on peut citer la fertilité du sol résultant des inondations annuelles du Nil.

Les Égyptiens sont donc en mesure de produire une nourriture abondante ce qui permet à la population de consacrer plus de temps et de ressources aux activités culturelles, technologiques et artistiques. Le rendement des terres est alors d'autant plus crucial que les taxes sont calculées sur la superficie des terres appartenant à un individu [ 87 ]. L'agriculture de l'Égypte est largement tributaire du cycle du Nil.

Selon les Égyptiens, l'année se divise suivant trois saisons: Akhet la saison des inondations , Péret la saison des plantations et Chémou la saison des récoltes. Lors de la saison des inondations, qui dure de juin à septembre, se dépose sur les rives du fleuve une couche de minéraux riches en limon, idéale pour la croissance des cultures. Après le retrait des eaux de la crue, les agriculteurs labourent et plantent les graines dans les champs.

La végétation entame alors sa période de croissance qui s'étend d'octobre à février. En raison de la faiblesse des précipitations en Égypte, les champs sont irrigués par des fossés et des canaux communiquant avec le Nil [ 88 ]. De mars à mai, les agriculteurs utilisent des faucilles pour récolter leurs cultures qui sont ensuite battues avec un fléau pour séparer la paille du grain.

À l'issue de cette opération de vannage , le grain est ensuite broyé en farine, brassé pour fabriquer la bière ou stocké pour un usage ultérieur [ 89 ]. Les Égyptiens cultivent l' amidonnier , l' orge et plusieurs autres céréales qui sont toutes utilisées pour produire les deux denrées de base que sont le pain et la bière [ 90 ].

Arraché avant que la floraison ne commence, le lin est cultivé pour ses tiges fibreuses. Ces fibres sont séparées sur toute leur longueur, puis filées pour être ensuite utilisées pour tisser des vêtements et des draps en toile de lin. Le papyrus qui pousse sur les rives du Nil est utilisé dans la fabrication de papier.

À proximité des habitations et sur des terrains plus élevés, des fruits et des légumes sont cultivés dans des parcelles de jardin qui sont arrosées manuellement. Parmi les fruits et légumes cultivés, on retrouve notamment des poireaux, de l'ail, des melons, des courges, des légumes secs, de la laitue, du raisin pour le vin [ 91 ]. L'architecture égyptienne est riche en pierres décoratives, en cuivre, en or, en minerais de plomb et en pierres semi-précieuses.

Ces ressources naturelles permettent aux Égyptiens de construire des monuments, de sculpter des statues, de fabriquer des outils et des bijoux de mode. Les embaumeurs utilisaient des sels du ouadi Natroun pour la momification , qui fournissent également le gypse nécessaire pour faire du plâtre [ 92 ].

Menu de navigation

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.