Imperial Cleaning

Jean Piaget

Bien que rarement utilisée, la définition du parasitisme correspond parfaitement aux interactions qui existent entre un virus ou une bactérie pathogène et son hôte. Une sphère qui était vivante et presque solide, comme l'étaient les chants des êtres angéliques.

Vos commentaires

Pourquoi ne fait-on jamais de rencontre par hasard ?

Demandez aux paysans méxicains combien ils souffrent depuis l'instauration de l'ALENA zone de libre-échange nord-américaine. Parallèlement on accuse les sionistes d'avoir comme objectif le "grand Israël". On fait remarquer du même coup que les dernières guerres américaines étaient toutes dans la région du Proche-Orient Ce qui est renversant c'est d'apprendre que Théodore Herzl, le théoricien du sionisme, était profondément antireligieux, et Si si vous avez bien lu.

Tout comme j'admire d'une façon générale le peuple juif Sachez également que mon grand-père a caché des juifs durant la guerre, dans la région de Millau, et que j'en suis particulièrement fier. De plus mon père a fait 1 an de maquis en , dans la résistance communiste il n'avait que 19 ans! La clé est de ne pas confondre sionisme et élites juives et judaïté. D'autant que, comme chacun sait, de très nombreux juifs sont anti-sionistes. Ils ont compris par ailleurs que continuer à instrumentaliser éternellement la shoah devient un peu douteux.

Soral explique très bien combien la France est devenue judéo-centrée et c'est pour cette raison que les sujets autour du sionisme reviennent sans cesse dans leurs propos. C'est parce que lui et Dieudonné refuse de se soumettre qu'on les attaque. Un autre versant de ce thème est de mieux comprendes les dessous de la montée du nazisme dans les années trente.

Voir impérativement à ce sujet les travaux de l'historienne Annie Lacroix-Riz: A lire par exemple: Annie Lacroix-Riz nous apprend que le patronat français ne voyait pas du tout d'un mauvais oeil l'arrivée d'Hitler au pouvoir http: On sait également qu'il en était de même des banques anglaises et de certaines élites américaines, y compris d'origine juive.

La meilleure preuve est la situation au Proche-Orient, qui ne trouve pas de fin. C'est le coeur de l'Homme qui doit changer! A la question "êtes-vous antisémite? Cela lui permet de toucher une forte sensibilté dans la population et ses shows vont probablement prendre de plus en plus un caractère politique.

Ni extrême gauche ni extrême droite mais un anti-impérialisme américano-sioniste. L'attitude de Dieudonné à déplorer. A titre d'exemple je considère que rien que le style vestimentaire est très parlant. Qu'on on s'habille différenmment, pour marquer son appartenance religieuse, je trouve que c'est en soi un acte assez intolérant: Je ne prêche pas non plus pour l'uniformisation culturelle, loin de là, mais je crois qu'il y a un juste milieu, en fonction du pays où on habite évidemment.

Ce qui est également à déplorer c'est le bas niveau vers lequel Dieudonné semble se diriger, en étant insultant et grossier.

Il utilise la violence verbale. N'est-ce pas tomber dans le piège de la violence adverse quelque soit sa forme? Dieudonné cite parfois Gandhi, mais avant de parler du Mahatma il devrait plutot en respecter l'esprit, et prôner sa méthode, basée sur la désobéissane civile.

Il devrait également favoriser des sources indépendantes d'information, afin d'échapper au partisanisme. En fait Dieudonné est un peu comme un animal blessé et il en rajoute, ce qui n'est pas malin. Mais ce que je vois avant tout chez lui c'est son refus de se soumettre et là je dis chapeau!

C'est finalement un message, d'ailleurs très fort, à toutes les personnes, si nombreuses, qui ont des choses à dire pour réformer réellement notre pays, de prendre la parole, de se mobiliser. Ce qui me gène le plus dans cette histoire c'est qu'on ait pondu une loi, la loi Gayssot http: Cela ressemble tellement à une tentative de cacher quelque chose que ça en est génant. Loi ou pas loi, de toute manière la vérité finit toujours pas sortir.

Faurisson semble quelqu'un de tout à fait équilibré et ses travaux semblent sérieux. Il serait peut-être temps de tout mettre à plat! Mais celles qui règnent aux USA sont de loin les plus puissantes: On est encore collectivement assez naïfs et idéalistes. On part du postulat que les élites qui nous dirigent sont bienveillantes: Peut être est-ce une survivance de la religion? Ou encore ça vient de la foi en Dieu: Or, force est de constater que nos élites ne sont pas nécessairement bienveillantes, loin de là.

Ma conclusion et ma conviction profonde est que le monde nous appelle à devenir responsables. Responsables du monde que nous avons reçu en héritage. Les guerres sont finalement là pour nous apprendre à faire des choix.

Grandir, devenir adulte, se battre pour la survie de la planète, la survie de nos descendants. Quand on espère, on n'agit pas. Il faut garder la foi, il me semble, dans cette capacité de changement d'autrui, y compris ses ennemis d'un moment.

Sinon c'est qu'on a rien compris au genre humain et qu'on reste quelque part attaché à un concept communautariste ou élitiste quelconque. Attention, je tiens à préciser que le sentiment d'appartenance à un groupe ou une communauté est tout à fait normal et naturel. Ce qui est dangereux c'est quand on croit détenir la vérité, quand il y a une croyance exacerbée envers la communauté peuple élu, religion élue , ce qui engendre tous les excès possibles.

A ce propos le livre de Jovanovic est assez troublant et même fascinant. Concernant la notion de peuple élu, il est évident qu'on ne peut que remarquer que les juifs possèdent un génie assez peu courant sur tous les plans: Un talent hors du commun en particulier dans les domaines qui touchent à la connaissance. Or, force est de constater que la connaissance ne mène pas à la "lumière". Quand on voit le relativement faible pourcentage de juifs antisionistes, ça fait peur Quand on sait que Netanyahu était proche de Rabbi Yossef Ovadia, un rabbin controversé soit, mais qui a prononcé des phrases que même Hitler n'aurait pas osé prononcer, ça montre la dimension du bonhomme et de son entourage.

C'est très simple, si le peuple hébreu est le peuple élu, alors qu'il le prouve! En fait la connaissance donne une immnense responsabilité. La responsabilité du destin de l'Humanité. La responsabilité du monde que nous voulons laisser à nos enfants. Voulons nous un monde de paix et de lumière? Ou un monde d'arrogance, de tribalisme et de chaos comme actuellement? En France, le Crif sera bien forcé à un moment donné de faire un choix. S'il ne décide pas de tourner le dos au sionisme et au Likoud avec toutes les notions nauséabondes qu'ils véhiculent , il sera accusé d'être responsable du retour de l'antisémitisme en France.

Reportage sur l'Oligarchie et le sionisme avec des interventions d'Atzmon: Comprendre que nous ne sommes absolument pas dans un système démocratique est une étape essentielle pour y voir plus clair.

La constitution devrait être un garant des droits de la population, notamment envers les politiciens. Les politiciens qui se laissent corrompre si facilement, rappelle Etienne Chouard, c'est presque une loi physique! Ainsi la constitution devrait prévoir, organiser la prévention des dérives.

Le système financier et la dette des états. Auparavant les états empruntaient aux banques centrales à taux zéro, et cela a été spécifiquement interdit par cet article Une fois que vous avez compris ça et que vous réalisez que les politiciens et les médias savent cela et se taisent, ça donne le tournis.

Qui ne dit mot consent. Quand on réfléchit un peu, la non information de cet esclavage moderne est quelque chose de violent. Comme le dit si bien Yann Sarfati "je ne comprends pas comment on peut ne pas être révolutionnaire aujourd'hui vu que si on ne change pas le système actuel on va tous y passer" http: Et ils se portent bien!

Cf un article qui semble objectif: En France un site d' audit de la dette publique a été créé: Sortir de l'Europe et revenir au franc. Le nombre d'eurosceptiques ne cesse de grandir dans toute l'Europe et j'en fait partie. Si la seule manière d'échapper à cet article est de sortir de l'Europe, alors sortons en! Surtout, plus d'administration signifie toujours plus de procédures, qui par définition, sont sclérosantes.

On le voit à tous les niveaux, les solutions viennent toujours de la "base", des initiatives citoyennes. Ce n'est donc certainement pas en instaurant des mastodontes administratifs qu'on va faire avancer les choses!

Sortir de l'Europe semble aujourd'hui la seule solution. Ce qui pourrait être utile juste le temps de sortir de l'Europe. A moins qu'une autre solution soit trouvée d'ici là. Mais ne nous trompons pas d'objectif, le "vrai" nouveau paradigme sera de créer une démocratie autenthique. Je crois qu'il est urgent de partout se rénuir, partager, débattre, avec respect et un esprit constructif. Le nouveau paradigme sera également d'éduquer différemment nos enfants: Le nouveau paradigme ne peut se mettre en place que si on commence par se changer soi-même.

Guérir ses "mémoires de souffrance" comme dirait Eckhart Tolle. Pour guérir intérieurement il existe aujourd'hui d'innombrables méthodes et initiatives.

Si l'époque n'était pas qu'une longue chute? Si ces gens, ces collectifs, qui inventent ici et là d'autres façons d'échanger, de produire, de consommer, d'habiter n'étaient pas des marginaux mais les vrais représentants de leur temps?

Face à ce que l'on appelle la crise, il se passe peut-être quelque chose. Quelque chose qui s'affirme au fil des mois mais peine à faire récit et à devenir visible Car si on ne les guérit pas, les conflits risquent d'être éternels! Le conflit israélo-palestinien sera encore d'actualité dans ans! Et si Pierre Rabhi, en précisant "ce n'est pas une crise économique mais une crise humaine", avait raison?

En fait il s'agit d'une problématique d'évolution de conscience. On comprend à quel point toutes nos souffrances, sur terre, ne sont créées que par nous, les êtres humains. Ainsi les affronts de Dieudonné, qui s'oppose à la dictature, est probablement nécessaire. Car la violence de celle-ci, qui est sournoise et utilise des techniques perverses, psychologique, médiatique, n'en est pas moins réelle.

Et la notion de "Patrie" est selon moi une notion saine et porteuse de valeur saine, à l'inverse de la notion d'éthnie, qui elle, conduit aux notions de races et de tribalisme dont Atzmon parle. Mais dans nos combats, gardons à l'esprit que celui qui répand anémosité, provocation, stigmatisation, violence, est un être souffrant. Ultimement il ne lui faudra rien d'autre que guérir ses mémoires de souffrances.

Si toute la population est informée, les médias et le pouvoir politique ne pourra faire autrement que de prendre en considération les aspirations des citoyens.

Finalement le principal problème est que nous tolérions tout cela. Les enjeux de ce qui va se passer dans les mois et les années à venir sont gigantesques: Apprendre que nous sommes au contraire fait pour coopérer et co-créer. Une fois que les élites auront compris ça, qu'il n'est pas nécessaire de se hisser au somment en écrasant partenaires et concurrents, ce sera une vraie révolution! Etienne Chouard, Dieudonné, Pierre Jovanovic, Alain Soral, le député belge Laurent Louis sont des personnes qui dénoncent, ce sont des guerriers en quelque sorte, mais ils ne proposent pas grand chose sauf Etienne Chouard.

Pourtant promouvoir les personnes qui proposent et apportent des solutions donnerait un sacré sens à leurs combats. Reporters d'espoir aussi http: Le collectif Roosevelt me semble également constructif http: Notre économie, devenu en grande partie basée sur du tertiaire, c'est à dire du virtuel, ne produit plus suffisamment de biens du secteur primaire. Revenir aux fondamentaux, et en particulier le travail de la terre, et tous les métiers d'artisans, me parait la plus urgente et fondamentale action politique à entreprendre pour les années qui viennent.

Ce soir je revisionne pour la 3ème fois une video fascinante: Cette américaine agée d'une cinquantaine d'années a répondu à un appel irrésistible vers la nature Elle a appris à vivre en immersion dans la forêt depuis plusieurs années. Aujourd'hui elle forme des personnes à savoir vivre uniquement avec des objets issus de la nature, en organisant des stages de survie Serait-elle la première d'une nouvelle catégorie de désenchantés de l'ultra modernité?

L'essence de son messsage est pour moi un "urgent et nécessaire retour à l'authentique". Les stages se passent essentiellement dans la vallée du Methow en plein coeur de l'état de Washington dans l'extrême nord-ouest des Etats-Unis link.

Réaliser enfin combien nous nous sommes vraiment trop éloignés des valeurs essentielles: Un peu de nourriture, un toit pour s'abritter quand il fait vraiment trop mauvais où bien pour loger ses enfants quand on en a.

Le reste est né avec les civilisations: Totalement immergée dans la nature comme elle le fait une bonne partie de l'année, Lynx n'est pas pour autant une femme en fuite ou isolée. Profondément pédagogue, elle propose des stages qui sont de véritables initiations pour jeunes gens qui ont souffert justement d'un manque d'initiation comme il y en avait dans les "sociétés premières".

Une incroyable plongée dans sa propre authenticité est nécessaire si l'on veut tenir le coup et participer à la création d'une profonde unicité de groupe, gage de survie. Pour info l'an dernier elle a fait un tour européen Ce manque d'initiation c'est ce que tente de combler une autre mouvance dont on va entendre de plus en plus parler: Une initiation destinée aux hommes qui cherchent à recontacter leur "masculinité sacrée".

La devise du mkp est "changer le monde un homme à la fois". C'est juste génial et surtout efficace! J'y "suis passé" et surtout suis en train de bénéficier peu à peu de tous les apports précieux de cette "quasi thérapie".

Je n'ai pas encore de témoignages. N'hésitez pas à m'en envoyer.. Le Dr Eben Alexander est neurochirurgien depuis vingt-cinq ans, dont quinze ans passés à l'hôpital des femmes et à l'hôpital des enfants de Brigham, ainsi qu'à la Faculté de médecine de l'Université Harvard. Le Dr Eben Alexander, comme la plupart des scientifiques, avait toujours nié la réalité des expériences de mort imminente EMI.

Neurochirurgien formé dans les meilleures écoles américaines, il pensait que si les EMI semblent bien réelles, elles ne sont en fait que de simples fantasmes produits par un cerveau en situation de stress extrême.

Pourtant, à la suite d'une maladie rare, le Dr Alexander est plongé dans le coma, en état de mort cérébrale.

Il était revenu à la vie. La guérison du Dr Alexander est en soi un miracle médical. Mais le véritable miracle réside ailleurs. Alors que son corps était plongé dans un coma profond, Eben Alexander a voyagé au-delà de ce monde, au sein des niveaux les plus profonds de l'existence supra-physique, et ce qu'il en rapporte est tout simplement Pour autant, l'aventure du Dr Alexander n'est pas une fiction.

Il démontre, par des faits précis, que la mort du corps et du cerveau n'entraîne pas la fin de la conscience, que l'expérience humaine continue au-delà. Vécue par n'importe qui d'autre, cette histoire serait déjà extraordinaire. Mais le fait qu'elle soit arrivée à un neurochirurgien la rend révolutionnaire.

Aucun scientifique ni aucune personne de foi ne pourra l'ignorer. Cet homme est la preuve vivante de l'existence de l'après-vie. L'obscurité, mais une obscurité visible — comme être pris dans la boue tout en étant capable de voir à travers.

Ou peut-être qu'une meilleure description serait de la gelée sale. Transparente, mais d'une manière trouble, floue, claustrophobe et suffocante. La conscience, mais une conscience sans mémoire ni identité — comme un rêve dans lequel vous savez ce qui se passe autour de vous, mais vous n'avez pas vraiment idée de qui, ou de quoi, vous êtes.

Un peu, mais plus sombre, plus mécanique — comme le son du métal contre le métal, comme si un forgeron souterrain géant martelait une enclume quelque part au loin: Je n'avais pas de corps — pas dont j'avais conscience en tout cas. Mais au moment où cela se produisait, je ne connaissais plus ce mot. En fait, je ne connaissais plus aucun mot. Les mots utilisés ici sont venus bien plus tard lorsque, de retour dans ce monde, j'ai écrit mes souvenirs.

Le langage, l'émotion, la logique: Combien de temps suis-je resté dans ce monde? Je n'en ai aucune idée. Cependant, au moins dans un premier temps, je ne m'en souciais guère. Pourquoi le ferais-je, après tout, puisque cet état d'existence était le seul que j'avais jamais connu? N'ayant aucun souvenir de quelque chose de mieux, je n'étais pas particulièrement mécontent d'être là où j'étais. Je me rappelle avoir conceptualisé que j'allais peut-être survivre ou non, mais mon indifférence à cette éventualité ne faisait que renforcer mon sentiment d'invulnérabilité.

Je n'avais aucune idée des lois qui gouvernaient ce monde dans lequel je me trouvais, mais je n'étais pas pressé de les apprendre. Après tout, pour quoi faire? Je ne peux pas dire quand ça a commencé exactement mais, à un certain point, je me suis mis à avoir conscience de la présence d'objets autour de moi.

Ils étaient un peu comme des racines, un peu comme des vaisseaux sanguins dans un gros ventre boueux. Ils émettaient un rougeoiement sombre et sale, venaient de très haut et plongeaient aussi loin vers le bas. Rétrospectivement, regarder tout cela était comme être une taupe ou un ver de terre, enfoui profondément dans le sol et cependant capable de percevoir la matrice enchevêtrée des racines et des plantes autour.

C'est pourquoi, en repensant à cet endroit par la suite, j'en suis venu à l'appeler le Monde Vu du Ver de terre. Pendant longtemps, j'ai suspecté que c'était peut-être une sorte de souvenir de ce que mon cerveau a ressenti au moment où la bactérie commençait à prendre le dessus. Mais, plus je pensais à cette explication je rappelle que c'était bien plus tard et moins elle avait de sens.

Car — aussi difficile à imaginer que ce soit si l'on n'est pas soi-même allé dans ce lieu — ma conscience n'était pas brumeuse ou dénaturée lorsque je m'y trouvais. Je n'étais pas humain pendant que j'étais à cet endroit. Je n'étais même pas animal. J'étais quelque chose en amont, et en dessous, de tout cela. J'étais seulement un point de conscience solitaire dans une éternelle mer rouge-brun.

Plus je restais dans cet endroit et moins je m'y sentais bien. Mais, peu à peu, cette sensation d'immersion profonde, intemporelle et sans limites a laissé place à autre chose: Des visages grotesques d'animaux sortaient de la boue, grognaient ou hurlaient, puis disparaissaient de nouveau.

J'ai entendu quelques hurlements sourds. Ils se transformaient parfois en chants rythmiques de faible intensité, des chants à la fois terrifiants et étrangement familiers — comme si à un certain point je les avais tous connus et fredonnés moi-même.

Puisque je n'avais aucun souvenir de mon existence précédente, ma présence dans cet espace a duré, duré. Quelle que soit la réponse, j'ai finalement atteint un degré où la sensation de grouillement désagréable l'a totalement emporté sur le sentiment familier d'être à la maison. Plus je commençais à sentir un moi — en tant que séparé de l'obscurité froide et humide qui m'entourait — plus les visages qui sortaient de l'obscurité devenaient affreux et menaçants.

Le martèlement rythmique que j'entendais au loin s'est également renforcé et intensifié — comme le pas de marche d'une armée de trolls, travailleurs du dessous assurant une tâche sans fin, sauvagement monotone. Le mouvement autour de moi est devenu moins visuel et plus tactile, comme si des créatures reptiliennes ou semblables à des vers se pressaient autour de moi, me touchant à l'occasion avec leur peau douce ou rugueuse.

Puis j'ai pris conscience d'une odeur: Une odeur biologique en d'autres termes, mais de mort biologique plutôt que de vie biologique. Plus ma conscience s'aiguisait et plus j'approchais de la panique. Qui ou quoi que j'étais, je n'avais rien à faire là. Alors même que je posais cette question, quelque chose de nouveau a émergé de l'obscurité au-dessus de moi: Même si j'essayais pendant le restant de mes jours, je ne parviendrais jamais à rendre justice à cette entité qui maintenant s'approchait de moi Mais je vais tout de même essayer.

Quelque chose était apparu dans l'obscurité. Tournant lentement, cela irradiait de fins filaments d'une lumière blanche et dorée, et peu à peu l'obscurité autour de moi a commencé à se fendre et se disperser. Alors, j'ai entendu un autre son: Gagnant en intensité alors que la pure lumière blanche descendait, il s'est surimposé au battement mécanique et monotone qui, depuis des éons semblait-il, avait été mon unique compagnie jusqu'alors.

La lumière s'est approchée encore et encore, tournoyant sur elle-même et générant ces filaments de pure lumière blanche, dont je voyais à présent qu'ils étaient teintés, ici et là, de pointes d'or. Puis, au centre même de cette lumière, une autre chose est apparue. J'ai concentré toute mon attention, essayant de comprendre de quoi il s'agissait. Je n'étais plus du tout en train de regarder la lumière qui tournoyait doucement, je regardais à travers elle. Au moment même où j'ai compris cela, j'ai commencé à m'élever.

J'ai entendu un souffle, et en un flash je suis passé par cette ouverture et je me suis retrouvé dans un monde entièrement nouveau. Le monde le plus étrange et le plus beau que je n'avais jamais vu. Brillant, vibrant, extatique, stupéfiant Je pourrais aligner les adjectifs les uns après les autres pour décrire ce à quoi ce monde ressemblait et ce qu'on y éprouvait, mais aucun n'y parviendrait.

J'avais l'impression que je venais de naître. Je n'étais pas re-né ou né de nouveau. Au-dessous de moi se trouvait un paysage de campagne. C'était vert, luxuriant et terrestre. Comme lorsque vos parents vous ramènent à un endroit où vous avez vécu plusieurs années quand vous étiez enfant.

Vous ne reconnaissez pas l'endroit. Ou, en tout cas, vous pensez ne pas le reconnaître. Je volais, je passais au-dessus des arbres et des champs, des ruisseaux et des chutes d'eau, et ici et là, des groupes de personnes. Il y avait aussi des enfants qui riaient et jouaient. Ces gens chantaient et dansaient en cercles, et parfois je voyais un chien qui courait et sautait parmi eux, tout aussi joyeux. Ils portaient des vêtements simples mais magnifiques, et il me semblait que les couleurs de ces vêtements contenaient le même type de chaleur vivante que les arbres et les fleurs qui prospéraient et s'épanouissaient dans la campagne autour d'eux.

Un monde de rêve incroyable et merveilleux Sauf que ce n'était pas un rêve. Bien que je ne savais pas où j'étais ni même ce que j'étais, j'étais absolument sûr d'une chose: Le mot réel exprime quelque chose d'abstrait et il est désespérément impropre à transmettre ce que j'essaie de décrire.

Imaginez que vous êtes un enfant qui se rend au cinéma un jour d'été. Le film était peut-être bon et vous avez apprécié de rester assis à le regarder. Mais une fois terminé, vous quittez le cinéma pour retrouver la chaleur profonde, vibrante, accueillante de l'après-midi d'été.

Et alors que l'air et les rayons du soleil vous caressent, vous vous demandez bien pourquoi vous avez gâché cette superbe journée dans un cinéma obscur.

Multipliez ce sentiment par mille et vous serez toujours bien loin de ce que je ressentais là où j'étais. Je ne sais pas combien de temps exactement j'ai passé à voler. Le temps dans cet endroit était différent du temps linéaire que nous connaissons sur terre et il est aussi désespérément difficile à décrire que tous les autres aspects. Mais à un certain stade, j'ai compris que je n'étais pas seul là-haut.

Quelqu'un était à côté de moi: Elle portait le même type de vêtement de fermiers que les gens du village d'en dessous. Des tresses mordorées encadraient son joli visage. Nous volions tous deux, posés sur une surface aux motifs intriqués, vivante et pleine de couleurs indescriptibles et éclatantes — l'aile d'un papillon. En fait, des millions de papillons étaient autour de nous — de grandes vagues ondulantes de papillons plongeant dans la verdure et revenant voleter auprès de nous.

Ce n'était pas un seul papillon distinct qui était apparu, mais tous ensemble en même temps, comme s'ils formaient une rivière de vie et de couleur en se déplaçant dans l'air. Nous volions en formation libre au-dessus des fleurs et des bourgeons chatoyants sur les arbres, qui s'ouvraient alors que nous passions près d'eux.

Les vêtements de la jeune femme étaient simples, mais leurs couleurs — bleu pastel, indigo, orange-pêche pastel — avaient le même caractère étonnamment vivant et vibrant que tout ce qui se trouvait là.

Elle a posé sur moi un regard qui, si on le regardait quelques instants, justifiait à lui seul d'avoir vécu jusque-là, quoi qu'il se soit passé dans sa vie. Ce n'était pas un regard romantique. Ce n'était pas un regard d'amitié.

Ce regard était en quelque sorte au-delà de tout ceci C'était quelque chose de plus élevé, qui contenait en lui toutes ces autres sortes d'amour et qui en même temps était plus authentique et plus pur qu'elles.

Sans utiliser aucun mot, elle m'a parlé. Le message m'a traversé comme le vent et j'ai immédiatement compris que c'était authentique. Je le savais tout comme je savais que le monde autour de nous était réel — qu'il n'était pas un fantasme, évanescent et sans substance.

Le message avait trois parties et si je devais les traduire en langage terrestre, je dirais quelque chose comme ceci: Il n'y a rien dont tu doives avoir peur. Il n'y a rien que tu puisses faire mal. C'était comme si on me donnait les règles d'un jeu auquel j'avais joué toute ma vie sans jamais pleinement le comprendre. À cela, je n'avais qu'une question. Rappelez-vous qui écrit ces lignes en ce moment.

Je ne suis pas un sentimentaliste crédule. Je sais à quoi ressemble la mort. Je sais ce que c'est de voir une personne vivante, avec qui vous avez parlé et plaisanté lors de jours meilleurs, devenir un objet sans vie sur une table d'opération après que vous avez lutté pendant des heures pour que la machine corporelle continue à fonctionner. Je sais à quoi ressemblent la souffrance et la douleur sur les visages déconcertés des proches qui ont perdu quelqu'un qu'ils n'avaient jamais imaginé perdre.

Je connais la biologie et, bien que je ne sois pas physicien, j'en connais également un peu dans ce domaine. Je sais faire la différence entre le fantasme et la réalité, et je sais que l'expérience dont je tente péniblement de vous donner une image vague et totalement insatisfaisante était l'expérience la plus réelle de ma vie.

En fait, la seule autre expérience avec laquelle je pourrais la comparer dans le secteur de la réalité était celle qui est venue ensuite. Pendant ce temps-là, je me trouvais au milieu des nuages.

De gros nuages joufflus blanc-rose qui se détachaient nettement sur le ciel d'un bleu-noir profond. Au-dessus des nuages — infiniment plus haut —, des colonies de sphères translucides, êtres scintillants parsemant le ciel et laissant derrière eux de longues traînées, comme d'immenses serpentins. Ces mots sont venus lorsque j'écrivais mes souvenirs. Mais aucun d'eux ne rend justice à ces êtres, qui étaient tout simplement différents de tout ce que je connais sur cette planète.

Ils étaient plus développés. Un son, énorme et retentissant comme un chant glorieux est descendu vers moi, et je me suis demandé si les êtres ailés le produisaient. De nouveau, en y repensant plus tard, il m'est venu que la joie de ces créatures était telle, alors qu'elles s'élevaient ensemble, qu'elles devaient produire ce son — que si la joie ne s'échappait pas d'elles de cette façon, alors elles ne seraient tout simplement pas capables de la contenir.

Le son était palpable et presque matériel, comme une pluie fine que l'on peut sentir sur sa peau, mais qui ne mouille pas. Voir et entendre n'étaient pas deux choses distinctes dans cet endroit où je me trouvais à présent. Je pouvais entendre la beauté visuelle des corps argentés de ces êtres scintillants au-dessus de moi, et je pouvais voir la perfection joyeuse et déferlante de ce qu'ils chantaient. Il semblait que l'on ne pouvait pas regarder ou écouter quoi que ce soit dans ce monde sans en devenir une partie — sans le rejoindre d'une façon mystérieuse.

Tout était distinct et en même temps tout faisait partie d'autre chose, comme les motifs richement entrelacés des tapis persans Un vent chaud s'est mis à souffler, comme celui qui se lève les plus beaux jours d'été, agitant les feuilles des arbres et s'écoulant comme une eau divine. Cela a tout changé, élevant le monde autour de moi encore une octave au-dessus, à une plus haute vibration. Même si je n'avais pas pleinement la fonction du langage, en tout cas comme on l'entend sur terre, j'ai commencé à lancer des questions sans mots dans le vent — et à l'intention de l'être divin que je sentais à l'oeuvre derrière, ou à l'intérieur de celui-ci.

Où se trouve cet endroit? À chaque fois que je posais silencieusement l'une de ces questions, la réponse venait instantanément dans une explosion de lumière, de couleur et de beauté qui me transperçait comme une vague qui se brise. L'important est que ces déflagrations ne faisaient pas simplement taire mon questionnement en le submergeant.

Elles lui répondaient, mais d'une façon qui court-circuite le langage. Les pensées pénétraient directement en moi. Il ne s'agissait pas non plus de pensées telles que nous les connaissons ici. Elles n'étaient pas vagues, immatérielles ou abstraites.

Ces pensées étaient solides et immédiates — plus brûlantes que le feu et plus humides que l'eau — et alors que je les recevais, j'étais capable de comprendre instantanément et sans effort des concepts qu'il m'aurait fallu des années pour saisir pleinement au cours de ma vie terrestre.

J'ai continué à avancer et me suis retrouvé pénétrant dans un vide immense, totalement sombre, infiniment grand, mais aussi infiniment réconfortant. Il distingue aussi les parasites dangereux de ceux qu'il estime inoffensifs, en critiquant Van Beneden sur ce point [ 6 ].

On parle d' interactions durables pour décrire les relations complexes qui unissent la plupart des couples hôte-parasite. Le parasitisme est un mode de vie ou survie, parfois défini par l'exploitation du vivant par le vivant the conquest of life by life.

On considère différents types de parasitisme selon la position du parasite dans l'hôte:. Le crustacé Cymothoa exigua a été découvert dans les années au Pérou dans la gueule de poissons capturés au filet. C'est le seul parasite connu capable de remplacer fonctionnellement un organe de son hôte , en l'occurrence la langue du Lithognathus mormyrus illustration ci-contre [ 8 ].

Son développement est de type marsupial [ 8 ]. Ce processus permet au champignon de prospérer. Cette forme de parasitisme existe au moins depuis 48 millions d'années [ 9 ]. Cette interaction hôte-parasite est très spécifique. Ainsi, une espèce de champignon ne peut induire ce comportement que chez une seule espèce de fourmi qui lui est propre [ 10 ].

D'autres formes de parasitisme sont décrites chez les animaux, par exemple le parasitisme alimentaire appelé cleptoparasitisme , ou le parasitisme de couvée chez les oiseaux. Il existe également plusieurs types de parasitisme chez les plantes et de champignons parasites. La plupart des parasites semblent jouer un rôle important dans la sélection naturelle et l'évolution. Premier jour au Brésil , complètement paumé, sans valise, je ne parle pas portugais et je suis à la recherche de mon logement.

Je trouve une jolie petite nana assise par terre. Elle travaille au même endroit que moi à Paris. Comme quoi le hasard fait bien les choses oups! Il y a quelques mois, en discutant par hasard avec une collègue remplaçant une autre pour un congé mat. Nous nous sommes échangés nos liens. Bonjour, nous entendons souvent dire le hasard fait bien les choses. Mais qui fait ce fameux hasard, qui se cache derrière?

Et aussi, Cyril, que je ne connaissais pas avant de partir au Canada, qui est venu à ma soirée de départ sans connaître personne et qui au final, était dans le même lycée que moi à la même période et à Montréal, on est bon pote. Et je trouve ça génial!

Un message, un commentaire ?

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.